Jean, l'Apôtre du témoignage

Publié le par Roger

 

Jean, l’Apôtre du Témoignage, par Chip Brogden

 

http://www.blogdei.com/index.php/2010/04/06/jean-lapotre-du-temoignage-par-chip-brogden

 

dans la rubrique Christianisme, Edification, Exhortations et sermons

Get PDF Imprimer la page Partager Diminuer Normal Agrandir Ajouter un commentaire Commentaires

 

Vous êtes nouveau ici? Pensez à laisser un commentaire, votre avis nous intéresse !

 

L’Evangile de Jean est tout à fait unique parce qu’il s’occupe de vérités intérieures et éternelles plutôt que de choses extérieures. Les quelques miracles qui y sont décrits sont là pour représenter des vérités et des révélations essentielles concernant l’essence même de Jésus. Jean souhaite que nous soyons davantage conscients des réalités intérieures des choses que des particularités extérieures. Il traite de principes et pas uniquement de faits.

 

Si nous regardons dans le Nouveau Testament, nous voyons que les choses progressent dans un ordre logique. Matthieu, Marc, Luc et Jean nous parlent du ministère terrestre de Jésus-Christ. Ensuite nous passons aux Actes, où nous trouvons la naissance de l’Eglise et la poursuite de la propagation de la Bonne Nouvelle par les premiers saints. Puis cela continue à travers les lettres de Romains, Corinthiens, Thessaloniciens, Timothée, Tite, Philémon, Hébreux, Jacques et 1 Pierre. La plupart de ces lettres ont été écrites pour répondre à des problèmes particuliers ou à des questions qui apparaissaient dans les églises, mais elles posent aussi les fondations pour ce qui concerne le Christ, l’Eglise, et la doctrine.

 

Si nous sommes studieux et attentifs, nous remarquerons un changement à partir de 2 Pierre. 2 Pierre, les épîtres de Jean, et l’épître de Jude ont été écrites bien après, après que l’Eglise ait été envahie par de faux frères, de faux enseignants, de faux prophètes, de faux apôtres, et de fausses doctrines. Pierre écrit sa seconde épître après que sa première épître ait été rejetée. Jean associe toutes les choses fausses et hérétiques à un esprit qu’il appelle « l’Antéchrist ». Même Jude qui commence par exprimer son désir d’écrire au sujet du salut commun est ensuite conduit à écrire au sujet des faux prophètes.

 

Les livres du Nouveau Testament ne sont pas rangés dans l’ordre chronologique. Ils sont pourtant rangés dans un ordre particulier. Premièrement ce qui concerne le ministère de Christ; deuxièmement l’histoire de la naissance et des actes de l’Eglise primitive, troisièmement les enseignements et les doctrines de l’Eglise et quatrièmement les mise en garde contre les faux prophètes et enseignants qui ont gagné du terrain. Si nous nous arrêtions ici, avec Jude, nous pourrions en conclure que les choses ont été laissées inachevées. Il y a beaucoup de choses qui restent sans réponse.

 

Enfin, le dernier livre du Nouveau Testament est le Livre de l’Apocalypse, et ce livre contient la réponse appropriée de Dieu à la situation d’hérésie qui prévalait à l’époque dans l’Eglise, Dieu faisant appel aux Vainqueurs. Mais il va plus loin en nous montrant de quelle façon Il s’occupera de l’Eglise, du monde, et de Satan. Il résume toutes choses en une seule, et Il est l’accomplissement de toutes choses.

 

Mais qu’en est-il de cet homme qui est le rédacteur de ce livre? Que nous dit le Seigneur à son sujet?

 

L’EVANGILE DE JEAN

 

Jean est un cas particulier et unique. Il n’a rien écrit avant d’être le dernier à pouvoir écrire. Matthieu, Marc et Luc ont déjà écrit leur compte rendu sur Christ. Chacun l’a écrit d’un point de vue différent, mais ils contiennent pour l’essentiel les mêmes informations.

 

Matthieu souligne le fait que Christ est Messie et Roi, Marc nous Le présente comme le Serviteur Souffrant et Luc nous Le décrit comme le Fils de L’homme. Certains évènements et enseignements identiques sont présents dans plus d’un des Evangiles, et certaines choses le sont dans les trois. Il y a des répétitions et des confirmations. Pendant toutes ces années, Jean n’a rien écrit. Peut-être pensait-il que les écrits de Matthieu, Marc et Luc étaient suffisants. En tout état de cause, son temps n’était pas encore venu.

 

Alors que l’influence de l’Antéchrist augmentait dans l’Eglise, venant de l’intérieur comme de l’extérieur, Jean a écrit son Evangile longtemps après les trois autres. Si vous lisez l’Evangile de Jean, vous remarquerez qu’il est en harmonie avec Matthieu, Marc et Luc, mais qu’il est aussi très différent. Il y a une profondeur qui n’est pas présente chez les autres. Nous n’insinuons pas qu’un Evangile soit plus inspiré que l’autre, nous disons simplement qu’ il émane de l’Evangile de Jean un certain parfum que l’on ne trouve pas ailleurs. C’est parce qu’il a été écrit dans un but particulier pendant un temps particulier, et les circonstances qui entourent sa rédaction sont différentes des circonstances qui entouraient la rédaction des trois autres.

 

Si Matthieu décrit Christ comme le Roi, Marc comme le Serviteur Souffrant, et Luc comme le Fils de L’Homme, Jean décrit Christ comme le Fils de Dieu. Jean dit clairement que Son Evangile a été écrit pour que nous sachions que Jésus est le Fils de Dieu et que nous puissions avoir la Vie en Son Nom (Jean 20:31).

 

Il est intéressant de noter que les bêtes célestes que Jean voit devant le trône semblent représenter les quatre évangiles (Apocalypse 4:7). Le premier étant comme un lion, qui représente le Roi ou l’Evangile de Matthieu. Le second est comme un veau ou un boeuf, qui représente le Serviteur, car le boeuf est une bête de somme. Il représente l’Evangile de Marc. Le troisième a le visage d’un homme, et représente le Fils de l’Homme, le thème de l’Evangile de Luc. Le quatrième est comme un aigle qui vole, et représente le Fils de Dieu, qui est exalté et assis dans les lieux célestes où seuls les aigles peuvent monter. Cela semble caractériser l’Evangile de Jean. Peut-être que Jean a discerné le besoin d’ajouter le quatrième Evangile quand il a reçu cette révélation céleste.

 

Qu’est-ce qui rend l’Evangile de Jean unique, et pourquoi n’a-t-il été donné que plus tard à l’Eglise? Premièrement, il remonte plus loin dans le passé que les autres Evangiles. Matthieu présentant Christ comme un Roi et Messie, il commence avec Abraham et retrace sa lignée en passant par le Roi David. Marc parlant du Serviteur Souffrant qui n’a pas de généalogie, il commence simplement avec Jean Baptiste et ne parle pas du tout de généalogie. Luc, désirant montrer Christ comme le Fils de L’Homme, fait la liste des ancêtres de Jésus jusqu’à Adam, ce qui se justifie aussi par le fait que Christ est décrit comme le dernier Adam et le second homme.

 

Mais Jean va encore plus loin dans le passé: «Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Elle était au commencement avec Dieu … Et la Parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous » (Jean 1:1,2,14ss). Jean nous présente donc Christ comme le Fils de Dieu préexistant et prééminent.

 

L’Evangile de Jean est tout à fait unique parce qu’il s’occupe de vérités intérieures et éternelles plutôt que de choses extérieures. Les quelques miracles qui y sont décrits sont là pour représenter des vérités et des révélations essentielles concernant l’essence même de Jésus. Jean souhaite que nous soyons davantage conscients des réalités intérieures des choses que des particularités extérieures. Il traite de principes et pas uniquement de faits.

 

Par exemple, on y relate la résurrection de Lazare d’entre les morts pour démontrer que Christ est la Vie et la Résurrection pour tous ceux qui croient en Lui. Ce miracle n’est pas là juste pour nous montrer que Christ peut ressusciter les morts, mais qu’Il est Lui-même la Résurrection et la Vie. Avec la guérison d’un homme né aveugle, on voit la démonstration que Christ est la Lumière qui est venue dans le monde, et Qui est envoyée pour rendre la vue aux aveugles et rendre aveugles ceux qui pensent voir. Jean va plus loin que le simple miracle de la multiplication des pains et des poissons et nous offre un long discours qui démontre la signification de ce miracle: que Christ Lui-même est le Pain qui vient du ciel. Ainsi tous ces miracles sont présentés de telle façon qu’ils nous donnent une perspective plus profonde de la Personne de Jésus-Christ, et pas seulement comme étant quelque chose par eux-mêmes.

 

Nous voyons donc que l’Evangile de Jean est plus que la simple narration de faits et d’anecdotes. Des vérités grandioses, éternelles, et invisibles y sont présentées. Nous pouvons noter que ces vérités sont présentées de façon simple et succincte. Même un Chrétien nouveau-né peut les lire, les comprendre, et ainsi tirer profit de l’Evangile de Jean, et nous suggérons habituellement qu’un nouveau converti commence l’étude du Nouveau Testament avec ce livre. Il touche à des domaines vitaux comme l’Amour, la Vie, La Lumière, l’Eau, le Pain, Un seul Troupeau, un seul Berger, le Chemin, la Vérité et bien davantage. Pourtant nous ne touchons pas « des choses », nous touchons un Homme. Alléluia!

 

De plus l’Evangile de Jean est unique car beaucoup des choses qui nous y sont présentées ne se trouvent nulle part ailleurs. Nous avons déjà mentionné que Jean remonte le temps loin en arrière jusqu’à la préexistence de Christ. C’est exclusif à l’Evangile de Jean. Nous avons aussi la conversation avec Nicodème, la femme samaritaine au puits, la femme surprise en situation d’adultère, la résurrection de Lazare, le détail sur l’enseignement du Cep et du Sarment, l’oeuvre du Consolateur, la restauration de Pierre. Ce ne sont que quelques exemples des choses qui sont uniques à l’Evangile de Jean.

 

LES EPITRES DE JEAN

 

Dans les épîtres de Jean, nous trouvons le même parfum que dans son Evangile. Si Paul est l’enseignant, celui qui explique en détails, Jean est celui qui résume tout ce que Paul a dit sur Christ en une seule phrase: « Celui qui a le Fils a la Vie, celui qui n’a pas le Fils n’a pas la Vie » (1 Jean 5:12). On ne peut pas exprimer cela plus clairement ou simplement. Jean ne mentionne rien au sujet du voile pour les femmes, des dons spirituels ou des qualifications pour être un ancien. Concernant les maris et les épouses, les parents et les enfants, les maîtres et les esclaves, les veuves et les orphelins, il ne dit rien, mais résume tout à « Aimez-vous les uns les autres. »

 

Tous les détails ont déjà été décrits par Paul. Le travail de Jean n’est pas de mettre l’Eglise en ordre, mais de restaurer le témoignage de Jésus dans l’Eglise. Si l’Eglise ne porte pas le Témoignage de Christ alors les sujets comme le voile, le parler en langue, et les anciens ne sont plus pertinents. En d’autres termes, si la Lumière s’éteint alors il ne sert à rien que tout le reste soit fait décemment et dans l’ordre. Nous aurons simplement « l’Eglise » dans l’obscurité. Si le témoignage de Jésus est perdu alors les rassemblements, le repas du Seigneur, l’établissement des églises, l’exercice des dons spirituels, le ministère envers les pauvres tout ce qui appartient à l’Eglise perd sa signification et est comme mort.

 

Comme un sage architecte, Paul construit sur la fondation de Christ et est concerné par tout ce qui est nécessaire, depuis le matériau de construction jusqu’à la couleur des tapis et ce qu’il y a au mur. A travers Paul, nous apprenons tout au sujet de l’Eglise que Jésus est en train de bâtir. Une fois cela établi, Jean vient nous rappeler pourquoi on a construit la maison au début et Qui en est le Propriétaire. En d’autres termes, Jean nous appelle à revenir à la révélation du Témoignage de Jésus pour retourner à la pensée originelle de Dieu et au but de L’Eglise.

 

Ainsi dans sa première épître, Jean parle avec beaucoup de liberté et pose les vérités fondamentales d’une façon qui résume tout. Alors qu’il arrive à la fin de sa vie, il voit l’Eglise en mauvaise posture et tente de la ramener à une réalité éternelle qui transcende la structure extérieure. Bien sûr, il sait qu’il est le dernier des douze apôtres d’origine. Pierre, Paul, Jacques, tous ont été tués. Alors que Jean regarde à la condition de l’Eglise, il a dû être effrayé à l’idée d’être le dernier des Douze et de s’apprêter lui aussi à partir.

 

Mais le Seigneur lui donne de l’intelligence, et agit en Jean pour nous dire que l’onction qui habite en nous nous conduira dans toute la vérité, même s’il n’y a plus d’apôtres pour nous enseigner. Même si la structure extérieure échoue (comme cela a sûrement été le cas, et ça l’a été), la réalité intérieure nous permettra de tout traverser. Les paroles de Jean sont ici remarquablement similaires aux paroles du Seigneur Jésus, qui a promis que même s’Il quittait les disciples, l’Esprit viendrait et leur enseignerait toutes choses. C’est comme si Jean sentait que la fin était proche et que dans un dernier acte il remettait toute l’Eglise au Saint-Esprit pour qu’Il s’occupe de ses petits enfants.

 

Dans la seconde épître de Jean, il ne semble pas y avoir autant de liberté. L’audience semble avoir considérablement diminué, et la lettre est bien plus courte. Dans sa première épître, il s’adresse à tout le monde: les pères, les jeunes gens et les petits enfants. Mais maintenant Jean se réjouit de ce qu’il a « trouvé [certains] de ces enfants » qui marchent dans la vérité (2 Jean 1:4). Certains de ces enfants restent dans la Vérité: de toute évidence certains n’y sont pas restés. La lettre les met en garde contre l’Antéchrist et les encourage à ne pas recevoir ceux qui n’apportent pas la doctrine de Christ. Qu’est-ce que la doctrine de Christ? C’est ce qui a été révélé jusqu’ici concernant Jésus en tant que le Christ de Dieu et la somme de Toutes Choses.

 

Il y a encore plus de troubles dans la troisième épître de Jean. Maintenant l’audience se réduit à un seul individu, Gaïus, qui semble demeurer seul dans la Vérité. Nous ne voulons pas dire que tous à part Gaïus ont abandonné la foi, mais nous suggérons que les trois épîtres de Jean sont arrangées et écrites d’une façon qui représente le déclin du plus grand nombre. Jean s’adresse à tous, ensuite à un petit nombre de ces enfants, et enfin à un seul homme. C’est cela le déclin. Jean est poussé à se taire et à partir. Nous voyons que Jean lui-même est rejeté par Diotrèphe. Ce n’est pas seulement la doctrine de Christ qui est débattue, c’est Jean lui-même qui est remis en question. Il y a certainement des personnes de l’Eglise qui ont continué de recevoir Jean, mais il en est d’autres qui ne l’ont pas reçu. L’Eglise est en effet tombée bien bas, et nous savons qu’il y a eu au moins une assemblée qui n’acceptait ni Jean ni ses lettres (3 Jean 9).

 

Quelque temps avant le décès de Jean, l’épître de Jude a été écrite pour rappeler à l’Eglise certaines choses qu’elle devrait savoir, mais qu’elle a oubliées. On y trouve peu de louanges, bien qu’il y soit écrit que Christ peut les garder de la chute et les préserver. Jude doit leur rappeler l’enseignement des apôtres. La plupart des érudits pensent qu’à cette époque une majorité des apôtres étaient morts martyrs, Jean, dans son âge avancé, étant l’exception.

 

JEAN ET LE LIVRE DE L’APOCALYPSE

 

Ainsi alors que les autres apôtres étaient morts martyrs et que l’Eglise était tombée dans un état de déclin, il ne resta plus que Jean en tant que dernier des apôtres. Dieu a prolongé ses jours et l’a préservé du martyr. En fait, il est le seul apôtre à être mort d’une mort naturelle. Tous les autres apôtres ont été exécutés. Cela devrait attirer notre attention, Dieu voulait faire de Jean un cas à part. Nous le voyons en grand contraste avec le reste des apôtres. Qu’est-ce que Dieu désire nous montrer par cela?

 

Le Seigneur veut nous montrer que Jean est un Vainqueur. Bien qu’il fut jeté dans une cuve d’huile bouillante, il vainquit la mort. Bien qu’il fut exilé dans une île, il vainquit, et cela le prépara pour sa plus grande contribution faite à l’Eglise. Sans le Livre de l’Apocalypse, ni le Nouveau Testament ni la Bible ne pourrait avoir une conclusion. Sans lui nous pourrions nous demander comment Dieu va faire pour régler le problème de l’Antéchrist dans le monde et de l’Apostasie dans l’Eglise. Dieu a préservé Jean pour que nous puissions connaître la fin de toutes choses, et que nous puissions savoir que nous avons une tache à remplir et un rôle à jouer dans la conclusion de toutes choses.

 

Paul a souligné la révélation de Christ, alors que Jean a souligné le Témoignage de Christ. Paul représente la Révélation, et Jean représente le Témoignage. Comparons les deux et regardons de quelle façon ils sont connectés.

 

La Révélation est de Dieu pour l’Eglise, alors que le Témoignage est de L’Eglise pour le Monde.

 

La Révélation est une oeuvre intérieure, alors que le Témoignage est quelque chose d’extérieur.

 

La Révélation est la fondation sur laquelle l’Eglise est bâtie, alors que le Témoignage est l’objectif du bâtiment.

 

La Révélation c’est connaître, alors que le Témoignage c’est montrer.

 

La Révélation c’est dévoiler la Vérité, alors que le Témoignage c’est la proclamation de la Vérité.

 

La Révélation c’est voir, alors que le Témoignage c’est dire ce que nous avons vu.

 

Ainsi alors que Paul est d’abord préoccupé par prier pour que tous les saints parviennent à l’EPIGNOSIS (à la pleine connaissance) de Christ, Jean est d’abord préoccupé par appeler ceux qui doivent marcher dans l’EPIGNOSIS qu’ils ont déjà reçue. Paul dévoile les mystères de Christ qui sont maintenant révélés et rendus manifestes, alors que Jean nous dit de nous rappeler, de connaître, et de vivre selon la Vérité qui a déjà été révélée. Nous voyons donc que la révélation est suivie par le témoignage. Nous ne pouvons témoigner de ce que nous avons vu et entendu si en réalité nous ne l’avons ni vu ni entendu.

 

Quand l’Eglise dans son ensemble échoue à maintenir le Témoignage de Jésus, Dieu choisit des vainqueurs, et prend un petit nombre pour représenter le tout. Dieu a eu Ses Vainqueurs à toutes les époques de l’Eglise. A cause de leur ministère et service, le Royaume de Dieu avance. Il ne perd pas du tout de terrain. Nous devons comprendre que Dieu ne revient jamais en arrière, même quand les circonstances semblent présenter de grands détours par rapport à l’Objectif Ultime de Dieu. Depuis la fondation du monde, Il est allé de L’AVANT constamment et patiemment.

 

A la fin des temps, au moment des plus grandes ténèbres, Dieu a révélé Son Fils en tant que Roi des Rois et Seigneur des Seigneurs, l’Alpha et l’Oméga, le Premier et le Dernier, le Début et la Fin, Celui qui a Vaincu. Il a sélectionné sept églises pour leur écrire et leur exprimer Son intention d’accomplir Sa Volonté et de faire venir Son Royaume à travers des Vainqueurs.

 

Le ministère de Jean consiste à faire venir des Vainqueurs. Alors que Pierre jette son filet en tant que pécheur d’hommes pour emmener des personnes dans l’Eglise, Jean répare le filet après qu’il ait été déchiré (Marc 1:19).

 

Jean est le type de tous les Vainqueurs. Remarquez que sa plus grande contribution à l’Eglise se fait dans son âge avancé et dans un moment d’obscurité spirituelle. Bien que nous sachions qu’il a travaillé diligemment parmi les églises d’Asie Mineur en tant que pasteur, enseignant et ancien, les Ecritures le maintiennent dans une ombre relative jusqu’aux temps de la fin. Ensuite, comme un vase de grande valeur, après que tout soit cassé et tombé, Jean est sorti de l’ombre et il a reçu le travail crucial de restaurer le Témoignage de l’Eglise, pour que le plan et l’objectif ultime de Dieu puissent être accomplis. Jean étant un Vainqueur, Dieu l’envoie pour appeler des Vainqueurs à travers Jean. Jean est le symbole de tous les Vainqueurs, et il est l’instrument par lequel Dieu appelle des Vainqueurs.

 

Je peux me sentir proche de Jean. Je sais que beaucoup d’entre nous se sentent si seuls, en exil ou dans le désert. Progressivement on nous ferme la bouche et on est repoussé par ceux qui n’ont pas vu ce que nous avons vu. C’est juste ICI, dans le désert, en exil, dans un lieu où nous avons été bannis et où règnent la sécheresse et l’obscurité, que Christ se révèle à nous. Cela devrait nous encourager quelle que soit notre situation.

 

Chaque jour, je prie que le Seigneur appelle des Vainqueurs qui auront la Révélation de Christ et qui porteront le Témoignage de Jésus, qui démontreront la prééminence de Christ sur le péché, le Moi, et Satan à travers « le sang de l’agneau, la parole de leur témoignage, et le fait qu’ils n’ont pas aimé leur vie jusqu’à craindre la mort » (Apocalypse 12:11). Serez-vous de leur nombre? Je prie que le Seigneur continue d’utiliser Jean pour toucher notre coeur. Amen.

 

Copyright ©1997-2008 TheSchoolOfChrist.Org

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article